bandeau-titre

ApollinaireDu 30 mai 2013

La Chanson du Mal-Aimé20h30

s�parateur photo article

De Guillaume APOLLINAIRE

Spectacle poétique interprété par Christophe Boudé et composé en amont et au présent par Florian Harribey (piano, claviers, machines et autres…)

Alcools, 1903, un soir de demi-brume à Londres les Cosaques Zaporogues répondent à la lueur d’une chandelle à Paul Léothaud, le Grand Sultan de Constantinople : « Groin de cochon, cul de jument Tes richesses garde-les toutes Pour payer tes médicaments… Les démons du hasard Selon le chant du firmament nous mènent A sons perdus leurs violons Font danser notre race humaine Sur la descente à reculons… Soirs de Paris ivres du gin Flambant de l’électricité Les tramways feux verts sur l’échine Musiquent au long des portées.

De rails leur folie de machines Les cafés gonflés de fumée Crient tout l’amour de leurs tziganes De tous leurs siphons enrhumés De leurs garçons vêtus d’un pagne Vers toi que j’ai tant aimé Moi qui sais des lais pour les reines Les complaintes de mes années Des hymnes d’esclave aux murènes La romance du mal-aimé Et des chansons pour les sirènes »

s�parateur