bandeau-titre

LorcaDu 26 février au 2 avril

Noces de sang20h30

s�parateur photo article
puce calendriervendredi 26 février 201620h30
puce calendriersamedi 27 février 201620h30
puce calendriervendredi 4 mars 201620h30
puce calendriersamedi 5 mars 201620h30
puce calendriervendredi 11 mars 201620h30
puce calendriersamedi 12 mars 201620h30
puce calendriervendredi 18 mars 201620h30
puce calendriersamedi 19 mars 201620h30
puce calendriervendredi 25 mars 201620h30
puce calendriersamedi 26 mars 201620h30
puce calendriersamedi 26 mars 201615h
puce calendriervendredi 1 avril 201620h30
puce calendriersamedi 2 avril 201620h30

Un fait divers métamorphosé en mythe.

     

Avec:

  • Elia BONIN / LA FIANCEE
  • Noelle CASTA / LA MERE
  • Jean Paul CASTA / LE PERE
  • Isabelle CROMER / LA VOISINE / LA SERVANTE
  • Corentin CUVELIER ou Baptiste HERNANDEZ / LEONARD
  • Didier DANVIEC ou BAPTISTE HERNANDEZ / UN ARBRE
  • Audrey DEFAUN / LA JEUNE FILLE
  • Valentin PULICANI / LE FIANCE
  • Juline THIBAUT / LA FEMME DE LEONARD
  • Philippe VACCARO / LE JEUNE HOMME / UN ARBRE
  • Et Céline VOETELINK / LA CHANTEUSE FLAMENCO / LA BELLE MERE

Dans une région aride du sud de l’Espagne, un mariage va être célébré. Mais dès les premières scènes, on pressent le malheur : la préparation des noces ne fait pas oublier les anciennes fiançailles avortées, qui liaient la Fiancée à Leonardo, un Felix - la famille de ceux qui ont tué le père et le frère du Fiancé.

        

Un double deuil dont sa mère ne s’est jamais remise. Cette ombre s’épaissit peu à peu d’autres ténèbres, plus troubles, plus terribles : Leonardo, désormais marié et père d’un tout jeune enfant, devient fébrile à l’approche de la noce. Il n’apparaît que furtivement dans sa propre maison, rôde sous les fenêtres de la fiancée, et ne cesse d’épuiser son cheval en de longues cavalcades nocturnes. La Fiancée, de son côté, malgré son impatience affichée de nouer son destin à son promis, vibre elle aussi d’une nervosité croissante. Éclate enfin ce qui l’attache à Leonardo : une passion sourde, invincible, au-delà même de l’amour. Les deux amants disparaissent au cours de la noce et s’enfuient... Le matériau de départ qui a servi d’inspiration à la pièce est un fait divers sanglant. Toutefois, Lorca prend soin d’occulter ce que cet événement contient d’anecdotique et de daté. Il fait accéder ses personnages à une universalité et à une intemporalité en effaçant leurs noms, leur ancrage géographique précis. Ils sont réduits à des types : la mère, la fiancée, le fiancé. Il n’y a pas d’individuation. Seul Léonardo conserve son nom, comme pour marquer le caractère unique et exceptionnel de son crime, il est l’instrument du destin, celui par lequel le mal arrive.

s�parateur